Bienvenue sur Avengers Assemble, Invité !
Nous recherchons activement des X-Men, alors n'hésitez
pas à regarder la liste des PVs !

Loki Laufeyson: Recherche bénévoles pour baby-sitting de la Loki's Army. Paiement en nature seulement. (a)

Amora Incantare: Lassé(e) d'être gentil(le) ? Devenez sexy : rejoignez l'Armée de Loki

Partagez|

★ {Hey, it's me. Just let me in.} — PV. FELIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
UNTIL THE LAST BREATH ♦ INDÉPENDANT

WANNA KNOW ALL OF ME ?
★ PSEUDOs : — Mister Burglar • Gin
★ MISSIONS ACCOMPLIES : 17
★ DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
★ AVATAR : Daniel Sharman.
★ DC&TC : Loki Laufeyson & Thomas S. Black.
★ CRÉDITS : tumblr & bazaart & moi.

★ NOM DE CODE : Embers, ce qui veut signifier braises en anglais.
★ ÂGE DU PERSO : Aidan possède dix neuf ans, et cela lui sied à merveille.
★ NATIONALITÉ : C'est un Américain tout ce qu'il y a de plus banal.
★ ORIGINAIRE DE : New York, et ce, depuis toujours. Il y vit encore d'ailleurs.
★ LIEU D'HABITATION : Comme dit juste au dessus, il vit à New York, dans une petite maison toute mignonne.
★ MÉTIER PRATIQUÉ : Il est étudiant et est en train de passer une licence d'art.
★ ARMES DU PERSO : Il n'a pas d'armes, et s'il devait se défendre, ce serait donc avec les poings... Bien que je le vois mal frapper qui que ce soit.
★ POUVOIRS : Pyrokinésie du métal. Lorsqu'il approche ses mains d'un quelconque métal, il lui est alors possible de le faire fondre une fois qu'il le touche, comme si sa main devenait aussi brûlante que les flammes d'un énorme incendie. Cela lui fut très utile lorsqu'il libéra Felix, d'ailleurs. Mais lorsqu'il veut se mettre un collier ou même lorsqu'il touche par exemple une voiture, étant donné qu'il a parfois du mal à se contrôler, ça lui arrive de faire fondre ces éléments cités précédemment...
★ AMOUREUSEMENT : Il aime quelqu'un, mais ce quelqu'un le repousse... Dur, dur.
★ O.SEXUELLE : Il ne se pose pas vraiment de question là dessus. Il aime les deux partis.

MessageSujet: ★ {Hey, it's me. Just let me in.} — PV. FELIX Jeu 22 Mai - 1:48




hey, it's me. just let me in.
Aidan & Felix
Il avait recommencé. Il avait encore recommencé. Et l’atroce peur saisissait à nouveau chaque membre du corps d’Aidan, impuissant et étalé au sol, sa tête se redressant alors que son père était plus loin, debout, l’air redoutable. Les assiettes, couverts, et le vase avait volé à terre, pour se briser en miles morceaux contre le sol et ce, dans un bruit poignant. Il était juste terrifié. Terrifié et totalement pétrifié, ses yeux bleus droits sur ceux de son paternel. Cette nuit, son géniteur était encore plus violent que d’habitude. Il lui avait envoyé une telle gifle, que cela l’avait fait tomber de sa chaise, violemment, se cognant le crâne au sol, tandis que ce père indigne, s’était simplement levé tout en layant regardé valser. Et le voilà, de son regard froid et psychopathe, voir même vide, un couteau à la main, s’approchant d’un pas puis un deuxième de son fils. Dans la panique, Aidan sentit ses muscles enfin agir. Il alla un peu plus en arrière, toujours avec ce même air de panique et d’anxiété, les yeux luisants… Et ce spectacle le faisait rire. Qui ? Son père. Il en avait rit, d’une voix s’élevant dans l’entièreté de la maison. Un rire froid et cruel, sans compassion, sans… Humanité. Saisissant le bras qu’Aidan gardait en l’air pour se protéger le visage par pure crainte —qu’il avait raison d’avoir d’ailleurs au vu de l’énergumène qui lui servait de paternel…—, il leva son couteau en l'air dans un sourire carnassier, laissant la bouche de son fils s'entre-ouvrir sous l'horreur.

Mais il y avait une chose qu’Edward, le père d’Aidan, ne savait pas : que son fils étant un mutant. Et que donc, il avait un certain pouvoir, celui qui était de…
« — QU-QUE DIABLE ?! »
Alors que le couteau était redescendu en trombe contre l’épaule du jeune homme, ce dernier, alors qu’il perçait le tee-shirt et frôlait la peau, se mit tout à coup à fondre, faisant crier de douleur Aidan qui, non atteint par la chaleur, avait quand même été blessé par le métal ayant percuté ainsi son corps. Choqué, terrorisé à son tour, le père du jeune homme tituba en arrière, les yeux grands ouverts et l’expression signifiant une énorme incompréhension. Il en tomba même sur le fessier, tremblant à présent de peur. Aidan, lui, avait la main posée sur sa plaie, gémissant légèrement avant de relever son regard vers Edward.
« — ... Tu es un monstre...
P-papa, je—
Tu es un monstre ! Mon fils est un monstre !!  »
Aidan était choqué de telles paroles. En fait, peu importe à quel point son père avait pu être violent envers lui, le frappant, enfermant, séquestrant, battant ; les paroles qu’il venait de dire étaient extrêmement douloureuses. Pourquoi ? Car c’était la première fois qu’il disait «mon fils». Et la seule fois qu’il le disait, c’était pour ajouter «est un monstre». Un peu… Comme si c’était voulu. Des larmes roulant le long des joues du jeune homme, ce dernier dû pousser un nouveau gémissement tout en se cachant le visage de ses bras car Edward se retrouvait à lui balancer les éclats des assiettes et tout ce qui lui tombait sur la main tout en visant volontairement sa tête. Il était rouge, rouge de colère, se relevant et courant jusqu’à un placard tout en hurlant à tue-tête.
« — TU SAIS CE QUE JE LEUR FAIS AUX MONSTRES ?! JE LES TUES ! JE LES TUES ! »
Dans un état de panique hallucinant, Aidan se leva d’un bon, tremblant et geignant douloureusement —et non que par douleur, tout autant par traumatisme, choque, terreur—, s’aidant de la table dans son élan avant de courir comme pour sa vie dans les couloirs de la maison. « comme » pour sa vie… Non. En fait, actuellement, il courrait…

BANG. BANG.

… Pour sa vie.

Un fusil à pompe en main, Edward s’était élancé à sa suite tout en continuant d’hurler de telles paroles à l’encontre de son fils, qui lui se jeta sur la porte d’entrée avant d’en bouger avec le plus de force possibles la poignée qui était verrouillée. Un tir perfora soudainement le bois de la porte, faisant hurler de peur le pauvre garçon qui fini par ouvrir les verrous de ses doigts tremblants, échappant ensuite de justesse à un nouveau tir. Sortant dehors alors que la nuit était présente et la lune brillante haute dans le ciel, il se prit les pieds dans les escaliers et les dévalas en roulade dans de nouveaux gémissements de douleur. Edward se stoppa sur le palier, et focalisa son objectif sur sa progéniture, qui, de nouveau terrifiée, s’était figée, regardant avec de grands yeux paniqués son paternel. Il pressa la détente. Et… Plus de munition. Il se mit à regarder son arme, puis fini par comprendre. Aidan lui, compris aussi ce qu’il se passait et saisit sa chance : Il se jeta sur la moto de son père, les clés en main qu’il avait plus tôt pris alors qu’il était devant la porte et démarra le plus vite possible le moteur pour s’en aller. Et voilà Edward qui balançait son fusils au loin, hurlant dans la pénombre envers son propre enfant ;
« — OSE REVENIR ICI SALAUD ET JE JURE DEVANT DIEU QUE JE TE DESCEND ! TU M'ENTENDS AIDAN ?! SI TU REVIENS, JE TE TUE !!! »

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Debout devant une grande porte en bois d’un appartement dans le centre de New York, Aidan était là, fixant de ses yeux rougis cette dernière, comme hésitant. Il avait passé quinze minutes dans le froid à essayer de ne pas paraître blessé et encore moins comme venant de pleurer, et cela n’avait pas marché visiblement. Il grelottait, la mâchoire claquante, les lèvres bleuâtres et les yeux à demis fermés, crispé sur lui-même comme pour se protéger du froid. Sa main, en forme de poing était contre la porte depuis qu’il était arrivé, et il n’avait pas le courage de simplement frapper à la porte. Et finalement, les paupières closes, se mordant la lèvre inférieure, il inspira et réussit à frapper faiblement sa main contre l’objet faisant barrière entre lui et quelqu’un qui lui était particulièrement cher.
« — F-Felix... ? Tu es là... ? ... »
Son front toucha doucement le bois de la porte, dans un tout petit bruit sombre. Un léger vent se leva, et Aidan attendait, ainsi, figé, de nouvelles larmes humidifiant ses joues frigorifiées, ses dents serrées sous la douleur aussi bien physique que psychologique. Il n’espérait plus qu’une chose à présent ; que Felix soit là. Comme il l’eut toujours été d’ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

★ {Hey, it's me. Just let me in.} — PV. FELIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Rapport de bataille-1500pts] U'zhul vs Gotrek
» Gotrek & Félix
» [Collection] Heure d'amour / Bouton d'or (E.R.F)
» UMOJA WETU : Une farce !
» Léonnec Félix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Ultimate Assemble :: let's be a super-hero now ! :: New York :: New York City-