Bienvenue sur Avengers Assemble, Invité !
Nous recherchons activement des X-Men, alors n'hésitez
pas à regarder la liste des PVs !

Loki Laufeyson: Recherche bénévoles pour baby-sitting de la Loki's Army. Paiement en nature seulement. (a)

Amora Incantare: Lassé(e) d'être gentil(le) ? Devenez sexy : rejoignez l'Armée de Loki

Partagez|

Can you see me ? ft Thomas S. Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar

WANNA KNOW ALL OF ME ?
★ PSEUDOs : Nana
★ MISSIONS ACCOMPLIES : 38
★ DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
★ AVATAR : Elle Fanning
★ DC&TC : Thor Odinson
★ CRÉDITS : me

★ NOM DE CODE : On l'appelle Nas, diminutif de Nastasia. Mais si elle devait avoir un nom de code, ce serait sans doute Speechless
★ ÂGE DU PERSO : 10 ans et demi et toutes ses dents.. enfin presque
★ NATIONALITÉ : Américaine
★ ORIGINAIRE DE : Saint-Louis
★ LIEU D'HABITATION : New York - Institut
★ MÉTIER PRATIQUÉ : Elle est trop jeune pour travailler, surtout qu'un mot suffirait à prendre l'argent d'une personne si elle le voulait. Sinon elle est déscolarisée.
★ POUVOIRS : Hyper induction
★ AMOUREUSEMENT : Elle est amoureuse des petits animaux, adore les sucreries et aime les mannequins sur les panneaux publicitaires.

MessageSujet: Can you see me ? ft Thomas S. Black Jeu 15 Mai - 19:51


Playing hide and seak
will you be abble to find me ?
feat Thomas S. Black

Quel temps faisait-il ? Pour la première fois, elle aurait été bien en peine de le dire, si elle en avait seulement été capable. Pour la première fois, son premier réflexe au saut du lit n'avait pas été de regarder dehors comme elle le faisait toujours. Pour la première fois, elle jouait à un jeu, comme n'importe quel enfant. Mais à la différence des autres, elle y jouait seule. Cache-cache, ce jeu si populaire auprès des adultes parce qu'il permet d'avoir la paix pendant un moment. Il suffit de compter jusqu'à dix, jusqu'à cent, pendant un temps et d'oublier de chercher les enfants dans la maison, alors qu'ils peinent à se retenir de rire à l'idée que vous ne puissiez les trouvez tant ils sont bien cachés. Une technique très efficace mais qui demande un certain doigté dans le sens où il ne faut pas non plus que l'enfant se sente délaissé.
Etre délaissée, Nastasia, c'était tout ce qu'elle voulait en ce moment. Elle n'avait pas d'amis et elle s'en moquait bien. Qu'on s'inquiète pour elle, qu'on lui parle, qu'on lui tienne compagnie, elle n'en avait pas besoin, du moins c'était ainsi qu'elle pensait. Les monstres n'ont pas besoin d'amis, ils ont mieux à faire comme se cacher sous les escaliers, dans le placard ou sous un lit dans l'expectative d'attraper les pieds de quelqu'un et le faire disparaître dans l'obscurité. Elle était un monstre et c'est ainsi cachée dans un coin de l'immense école qu'elle avait entrepris de passer sa journée, au calme et seule.
Si elle avait accepté de venir dans cette école, elle n'avait cependant pas promis à sa sœur de se socialiser, ainsi elle n'avait pas trop l'impression de la trahir en agissant ainsi. Et des amis, elle n'en avait juste pas. Elle ne savait même plus comment on s'en faisait, la formule à prononcer.. encore fallait-il pouvoir dire un mot. Cependant, elle n'était pas seule. D'une part parce qu'elle vivait dans une école et qu'une école à forcément des élèves, des étudiants, des professeurs et tout ce qui va avec, d'autre part parce qu'elle partageait sa chambre et enfin, parce que depuis son arrivée, certaines personnes semblaient la trouver suffisamment sympathique pour venir lui parler.
Ils ne la dérangeaient pas, pas vraiment. Ils étaient même distrayants, drôles, sympathiques.. des qualificatifs elle en avait plein en tête quand elle pensait à eux. Quand tout le monde l'évitait à juste titre, comme si un nuage noir planait au dessus de sa petite tête blonde en jetant des éclairs à quiconque s'approcherait trop près d'elle, eux, ne s'en inquiétaient pas, comme s'ils étaient principalement composés de caoutchouc. Mais aujourd'hui, elle ne voulait voir personne. Elle était dans une de ces humeurs où une aura ténébreuse et glauque vous englobe, vous faisant frissonner et puisant directement dans votre énergie. La vérité c'était.. que sa sœur lui manquait et que la perspective de ne plus la revoir l'avait rendue morose, déprimée.

Assise sur le rebord d'une des immenses fenêtres à l'étage, située au bout d'un couloir peu fréquenté à cette heure, elle était cachée derrière l'épais rideau, sa silhouette renvoyée dessus par un jeu de lumière. Elle était assise sur un rebord de fenêtre et pourtant, elle ne voyait rien au dehors, totalement plongée dans ses réflexions. Elle ne pensait pas à ses parents trop heureux de l'avoir vu partir et encore moins à sa mère qui lui avait pourtant préparé son petit déjeuner préféré le dernier matin, un petit déjeuner qui avait sonné comme un adieu. Elle ne pensait pas à son chien, un labrador doré follement affectueux qui la suivait partout quand elle savait encore ce que vivre voulait dire. Elle ne pensait pas à sa maison dans la banlieue de New York et encore moins à l'appartement où elle avait fait ses premiers pas là-bas à Saint-Louis. Elle ne pensait qu'à une chose, qu'à une seule personne, à sa grande sœur qui l'avait prise dans ses bras avec un grand sourire avant que son père ne lui demande de monter en voiture, à la larme qu'elle avait vu glisser sur sa joue alors que celle-ci se retournait pour lui faire un dernier au revoir, à la larme jumelle qui avait coulé sur sa propre joue quand elle avait réalisé qu'elle ne la reverrait sans doute jamais. C'étaient ses sœurs qui aujourd'hui inondaient son petit visage.
Mais elle ne leur laissa pas le temps de mouiller son t-shirt, et en reniflant, les essuya rapidement alors qu'elle cru entendre un bruit dans le couloir. Elle glissa sa tête entre les rideaux mais ne vit personne. Peut-être son imagination lui avait joué des tours mais pourquoi son subconscient aurait-il cherché à lui faire croire que quelqu'un était là ? Comme si elle ressentait le besoin d'avoir de la compagnie pour lui changer les idées. Elle rentra sa tête entre les pans et s'accroupit derrière, les bras passés autour de ses jambes et le front posé sur ses genoux.
Finalement il devait faire frais dehors. Avec le temps qu'elle avait passé derrière ces rideaux, de la buée c'était formée sur les carreaux et rendait l'extérieur invisible depuis l'extérieur, même si l'on pouvait facilement deviner qu'une personne était à l'origine de cette buée. Il faisait bien chaud dans sa cachette, au moins n'avait elle pas froid dans son petit t-shirt rose arborant une tête de mouton et son short en jean par dessus de simple leggins. Mais le froid n'était pas la seule chose qu'elle aurait pu ressentir ici. A passer du temps cachée ainsi, la journée faisait son chemin sans elle et l'heure du déjeuner arrivait à grand pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE GOD OF SARCASM ♦ INSTITUT

WANNA KNOW ALL OF ME ?
★ PSEUDOs : — Mister Burglar • Gin
★ MISSIONS ACCOMPLIES : 66
★ DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
★ AVATAR : Dylan O'Brien.
★ DC&TC : Le grand, le puissant et le shtarbé Loki Laufeyson, fondateur de ce forum ! Sinon, Aidan Nightingal & Jake Rosenbach.
★ CRÉDITS : tumblr & moi & bazzart.

★ NOM DE CODE : Son nom de code est Wave. Bon, on le charrie en l’appelant aussi Microwave... Et parfois, on dit Wavy.
★ ÂGE DU PERSO : Thomas possède dix neuf années derrière lui.
★ NATIONALITÉ : Américain et fier d'aimer Macfat. Il ne voudrait jamais échanger ces super hamburgers que vend sa nation d'amour !
★ ORIGINAIRE DE : New York, comme beaucoup de monde apparemment... Remarque bête, je sais.
★ LIEU D'HABITATION : Une maison tranquille, dans un quartier de New York. Il y vit avec son père.
★ MÉTIER PRATIQUÉ : Etudiant à l'Institut Xavier. Juste pour dire qu'en gros, bah... Il travaille pas encore !
★ ARMES DU PERSO : Son sarcasme ? Okay, j'arrête. Son pouvoir lui sert d'arme, tout bêtement.
★ POUVOIRS : Il est capable de manipuler les ondes : celles de la radio dites « ondes électromagnétiques » et celles mécanique, dans un seul domaine : le son. Ce pouvoir lui permet de capter toute fréquence qu’il souhaite lorsqu’il touche un talki walki, ou une télé... Avec de l’entrainement et beaucoup de patience ainsi que de persévérance, Tom serait alors capable de pouvoir élargir la palette d’ondes qu’il peut contrôler.
★ AMOUREUSEMENT : Célibataire endurcit depuis le temps. A son grand malheur d’ailleurs.
★ O.SEXUELLE : Il commence à avoir de sévères questions existentielles sur son orientation sexuelle et est légèrement perdu dans tout ce méli-mélo...

MessageSujet: Re: Can you see me ? ft Thomas S. Black Mer 21 Mai - 23:37




playing hide and seak
Thomas & Nastasia
Une matinée de cours tout à fait normale venait de se dérouler en ce beau jour de pluie. Enfin, normale… Les cours que suivait Thomas ne l’étaient pas tant que cela, en fait. Disons que l’établissement où il se trouvait était spécial. Sous la couverture d’un établissement destiné aux jeunes personnes surdoués, accueillant ces derniers en un cursus adapté pour eux et ayant cette particularité d’avoir la possibilité d’y vivre, en réalité se cachait un institut pour mutants de tout âge, mais en particularité les jeunes, bien qu’il n’était pas inhabituel d’en avoir parfois vers les vingt cinq ans, tout autant que vers les huit ou dix ans. Les personnes étaient diverses et variées. Ils provenaient tous d’un peu partout de tous les États-Unis et parfois même, d’autre continents comme l’Union Européenne par exemple. Thomas, lui, hé bien, il venait tout simplement de New York. Un petit New-Yorkais bien content d’être là où il était d’ailleurs ! Ici, il avait réussit d’une manière bien plus aisée à se faire des amis. Des rares, certes, mais des amis, et de confiance, contrairement à là où il étudiait bien avant. Mutant comme tous les autres résidents de ce magnifique domaine planté en pleine nature, le jeune homme pu enfin s’épanouir comme il se le devait. Il était satisfait de la vie qu’il avait actuellement, bien que souvent, son père lui manquait. Heureusement, il lui passait des coups de fils afin de prendre de ses nouvelles, tout comme il se tenait au courant des agissements de la police en piratant secrètement les stations de radio que son père usait lorsqu’il travaillait, grâce à sa mutation. Il ne changeait pas et restait toujours aussi téméraire sur ce genre de choses… Et avant tout très curieux.

Poursuivons néanmoins le récit. Le décor a été planté, nous pouvons passer à la suite. Sortant de la grande bâtisse tout en discutant avec l’une de ses amies, et plutôt, sa meilleure amie ; Thomas marchait d’un pas plutôt rapide, comme à son habitude, le regard vif et l’air totalement hyperactif. En fait, il avait eu le malheur ce matin de se servir un café non décaféiné, ce qui faisait qu’actuellement il en payait les conséquences… Bien qu’au fond, cela ne le dérangeait pas vraiment ! Son sac sur une seule de ses épaules et une main dans la poche, il fini par s’arrêter afin de bavarder un peu plus. Et c’est ensuite qu’Hannah, comme s’appelait sa meilleure amie, dû s’en aller pour un autre cours tandis que Tom resta planté là où il était, comme un piquet. Il avait une heure de trou, où il n’avait pas grand-chose à faire à part peut-être marcher dans le domaine ou bien encore s’asseoir pour terminer quelques devoirs qu’il avait à faire, mais non : il voulait s’occuper autrement. D’une manière à étancher sa soif de curiosité. Mais comme il n’avait rien pour réaliser cela, il se résigna à s’asseoir sur un banc près de l’allée de gravier, y déposant son sac en un soupire, glissant le long du support avec une mine des plus rabattues.  S’il y avait bien une chose qu’il ne supportait pas, c’était de s’ennuyer. D’accord, il savait étudier correctement, mais cette fois ci, réellement, il n’avait pas la tête à ça. Il avait juste envie de flâner, de penser à autre chose et souffler un bon coup.

Son regard noisette se balada alors le long de la façade du grand Manoir Xavier, et alors qu’il se perdait dans ses pensées, son attention fut attirée par un petit truc ; un petit détail qui l’intrigua. De la buée. En effet, la vitre était, à un certain endroit, remplit de vapeur d’eau, comme si… Quelqu’un était là, derrière cette fenêtre, à respirer contre. Bien entendu, il ne lui en fallait pas plus pour le faire se lever d’un bond, empoignant son sac à la va vite.

Rentrant à nouveau dans l’établissement, il parcourut le bon couloir jusqu’à arriver à un croisement : celui qu’il fallait emprunter pour arriver là où la dite buée se trouvait, c'est-à-dire, face à là où il se trouvait précédemment. Marchant un peu plus calmement, et l’air totalement subjugué par l’intrigue, il regardait les rideaux cachant de temps à autre les vitres, avant de se stopper. Donc, s’il y avait cette vapeur d’eau contre la vitre, cela signifiait qu’il y avait quelqu’un derrière l’un de ces bouts de tissus rouges… Ses yeux se redirigèrent par réflexe vers le sol, examinant le bas des rideaux : S’il voyait des pieds, alors il arriverait au bon niveau, et donc tomberait sur l’homme ou la femme caché ainsi. Et c’est là qu’il vit justement, deux petites chaussures. Et quand je vous écris petite, c’est pour vous signifier petite. Affichant un air encore plus surpris, Thomas pris son courage à deux mains et saisit délicatement le rideau, avant de le tirer lentement sur le coté, dévoilant alors une petite fille, là, accroupie, les yeux rougis, comme si elle venait de pleurer. Affichant un tout autre air, Tom lâcha un léger « — H-euh… » avant d’hausser tout simplement un sourcil. Il regarda de droite à gauche, puis haussa finalement le deuxième tout en fixant la petite fille qui bizarrement, lui fit bien vite de la peine.

Ne pouvant résister à la tentation de la curiosité, il s’humidifia les lèvres de la langue tout en regardant à nouveau de droite à gauche puis passa derrière le rideau, le refermant, avant de regarder la petite gamine avec un air interrogateur, tout autant que l’était sa voix et sa phrase.
« — Bah, qu'est-ce que tu fais ici, toute seule ? Tu comptes les gens depuis ta fenêtre, ou bien ? »
Oui, encore des suppositions un peu sarcastiques, mais il fallait avouer que ce n’était pas vraiment le moment de l’être. Il ne connaissait pas cette puce, ni ce qui faisait qu’elle se cachait ainsi, mais au vu de sa petite bouille d’ange triste, il y avait forcément un souci. un souci ? Oui. Et entre nous, Thomas avait bien envie de le découvrir.

_________________
SARCASM IS MY ONLY DEFENSE. +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

WANNA KNOW ALL OF ME ?
★ PSEUDOs : Nana
★ MISSIONS ACCOMPLIES : 38
★ DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
★ AVATAR : Elle Fanning
★ DC&TC : Thor Odinson
★ CRÉDITS : me

★ NOM DE CODE : On l'appelle Nas, diminutif de Nastasia. Mais si elle devait avoir un nom de code, ce serait sans doute Speechless
★ ÂGE DU PERSO : 10 ans et demi et toutes ses dents.. enfin presque
★ NATIONALITÉ : Américaine
★ ORIGINAIRE DE : Saint-Louis
★ LIEU D'HABITATION : New York - Institut
★ MÉTIER PRATIQUÉ : Elle est trop jeune pour travailler, surtout qu'un mot suffirait à prendre l'argent d'une personne si elle le voulait. Sinon elle est déscolarisée.
★ POUVOIRS : Hyper induction
★ AMOUREUSEMENT : Elle est amoureuse des petits animaux, adore les sucreries et aime les mannequins sur les panneaux publicitaires.

MessageSujet: Re: Can you see me ? ft Thomas S. Black Mer 28 Mai - 20:11


Playing hide and seak
will you be abble to find me ?
feat Thomas S. Black

Cachée derrière un épais rideau rouge, assise sur le rebord de la fenêtre où elle avait élu domicile dans le but d'échapper aux gens, seules ses souliers dépassaient, laissant présumer de sa présence en plus des rayons du soleil qui réchauffaient sa cachette. Les gens. Elle n'avait pas su qu'elle en avait peur avant d'en avoir rencontré. Elle qui était si joyeuse, si vivante quelques années plus tôt, il aurait été difficile de la reconnaître maintenant, ou alors aurait-on présumé qu'elle se livrait à une partie de cache-cache. Mais elle n'avait pas tant peur des gens qu'on aurait pu le penser, voir.. pas peur du tout. Ce n'était pas une petite fille effrayée et timide, le genre qui détourne les yeux quand elle croise un regard et part en courant dès qu'on lui adresse la parole. Ce qui lui faisait peur chez les gens, ce n'était pas ce qu'ils pourraient lui faire, ce qu'ils pourraient lui dire mais bien ce que elle, enfant de dix ans, pourrait leur faire à ces gens. Elle avait beau ne pas parler, elle avait l'impression que son pouvoir transpirait de ses pores et que le moindre contact pourrait les mettre en danger.
Cependant, ce n'était pas la raison pour laquelle elle se cachait. Elle avait besoin d'être seule, au calme. C'était une journée comme ça où elle avait besoin de s'isoler. En la regardant simplement, on aurait pu croire que s'isoler était quelque chose qu'elle faisait souvent mais une personne qui la connaissait bien aurait pu voir la différence entre ses différents besoins de solitude. Ce jour, un nuage noir aurait pu tout aussi bien avoir élu domicile au dessus de sa tête qu'un panneau où aurait été écris en gros : j'ai les idées noires. Ce nuage avait trouvé vie pendant la nuit, dans les cauchemars qui l'avait animée, sombres et lourds. Il avait poussé, grossi, c'était développé à son insu jusqu'à ce qu'elle trouve de la difficulté à se lever et qu'elle cherche un coin calme en courbant l'échine sous son poids. Mais mine de rien, les quelques larmes qu'elle avait versé en pensant à sa sœur l'avaient allégé et elle avait pu trouver une position plus confortable.
Faisant dos à la fenêtre, elle avait posé la tête sur ses genoux, les enserrant de ses bras. Bien que ses joues soient sèches, ses yeux rouges étaient très éloquents et il aurait été difficile de cacher les larmes qui avaient tantôt baignées ses joues. Toutefois, ses idées s'étaient légèrement allégées elles aussi, comme si le fait d'avoir pleuré l'avait soulagé d'un poids.

Un bruit de pas étouffé lui parvint mais elle crut que son esprit lui jouait à nouveau un tour et elle ne prit pas la peine de vérifier. Pourtant, le son s'approcha doucement d'elle et le rideau ondula. La petite fille sursauta quand il fut tiré, faisant apparaître un jeune garçon à l'air légèrement surpris. Comment il l'avait trouvé ? Elle n'en savait rien mais en baissant les yeux sur ses pieds, elle en eut une petite idée. Il bredouilla, avant de regarder à droite à gauche et de finalement passer derrière le rideau à son tour tandis qu'elle levait les yeux au ciel à ses questions. C'était pourtant évident non ? Mais il ne pouvait pas deviner ses pensées, aussi haussa-t-elle les épaules en secouant la tête, feignant un air exaspéré dans l'espoir de lui faire comprendre que c'était totalement ridicule. Elle se décala un peu contre le mur dans l'espoir de se fondre dedans mais à son grand dam, elle n'avait pas ce pouvoir et devait composer avec lui.
Elle le connaissait sans vraiment le connaitre. Il avait une tête qui s'était démarquée dans la foule d'élève qu'elle avait vu depuis qu'elle était là, autant par ses mimiques que par son attitude. Mais elle ne savait trop son nom, ni la raison pour laquelle il était là et encore moins quel pouvoir il pouvait avoir. Elle lui trouvait cependant un air sympathique pour l'avoir déjà observé de loin. Il était joyeux, avait des amis, faisait un peu le pitre, il était ce qu'elle avait toujours été. D'une certaine manière, un sentiment d'envie naissait en elle en regardant les autres enfants, mais même si elle avait voulu se faire des amis, elle n'en aurait pas été capable. Il lui fallait surtout dépasser ce qu'elle s'imaginait être, dépasser l'idée qu'elle se faisait d'elle-même avant de pouvoir accepter les autres auprès d'elle et de s'ouvrir à eux.

Rapidement, elle lui jeta un coup d’œil pour l'observer en biais avant de détourner tout aussi vite le regard et fixer le rideau devant elle. Elle esquissa un nouveau mouvement des yeux avant de se raviser et de pincer les lèvres. Finalement, elle le regarda sévèrement avant de sauter sur ses pieds en grognant, ses articulations courbaturées d'avoir maintenue la même position si longtemps, tenant le rideau d'une main pour ne pas l'avoir dans le visage. Elle lui jeta un petit regard en grognant légèrement, de façon presque inaudible, pour lui signifier son départ. Elle comptait se chercher un endroit plus calme même si elle se sentait mal de partir comme ça. Elle n'aimait pas fuir mais elle ne voulait pas non plus qu'on la voit comme ça.. et encore moins qu'on s'intéresse à elle. Mais qui était elle pour savoir ce dont elle avait besoin. Peut-être était-ce le but de sa sœur quand elle avait entrepris de l'envoyer à l'école.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
Contenu sponsorisé

WANNA KNOW ALL OF ME ?

MessageSujet: Re: Can you see me ? ft Thomas S. Black

Revenir en haut Aller en bas

Can you see me ? ft Thomas S. Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Black Alice de Thomas Disch et John Sladek (USA)
» Les illustrations de Thomas Nast
» Thomas Mann
» Black Books (série anglaise)
» [THEME HD / HD2][Manila 2.5 ROM HD2 HTC Officielle] RED-Black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Ultimate Assemble :: let's be a super-hero now ! :: New York :: X-Mansion-