AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


I remember you tossing me into an abyss. ♦ L O K I
 
Bienvenue sur Avengers Assemble, Invité !
Nous recherchons activement des X-Men, alors n'hésitez
pas à regarder la liste des PVs !

Loki Laufeyson: Recherche bénévoles pour baby-sitting de la Loki's Army. Paiement en nature seulement. (a)

Amora Incantare: Lassé(e) d'être gentil(le) ? Devenez sexy : rejoignez l'Armée de Loki

Partagez|

I remember you tossing me into an abyss. ♦ L O K I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar

WANNA KNOW ALL OF ME ?
★ PSEUDOs : — Mister Burglar • Gin
★ MISSIONS ACCOMPLIES : 273
★ DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
★ AVATAR : Evan Peters.
★ DC&TC : Thomas S. Black, a.k.a Sarcasm-Man. /pan/ & sinon, Aidan Nightingal & Jake Rosenbach.
★ CRÉDITS : tumblr & bazaart & moi.


MessageSujet: I remember you tossing me into an abyss. ♦ L O K I Mer 9 Avr - 23:26




loki laufeyson
You were made to be ruled.
NOM&PRÉNOM ★ Loki Laufeyson. SURNOM, NOM DE CODE ★ On l'appelle simplement Loki, mais les mortels le connaissent comme le "Dieu de la Malice", soit "The God of Mischief" en anglais, dans leur livres de légendes nordiques. ÂGE ★ Il possède plus de cinq cent ans et a encore une trotte à vivre. MÉTIER ★ Dieu de la Malice, voyons ! C'est dur vous savez, comme métier. Bon d'accord, pas tant que ça. SUPER-POUVOIR, APTITUDES ★ Il pratique la magie, que ce soit faire disparaître quelque chose et même sa propre présence aux yeux de certaines personnes et pas d'autres, illusions, clones... Il peut faire beaucoup de choses, et est très puissant. Il sait aussi énormément bien parler, et arrive à semer la confusion dans les esprits. Son sceptre lui permet aussi de contrôler qui il souhaite. En plus de cela, s'ajoutent le fait qu'il puisse manier la glace, don naturel de sa race. Sinon, il a toujours utilisé et utilise encore des petits poignards et lames projetables. SITUATION AMOUREUSE ★ Célibataire, marié à sa folie meurtrière. NATIONALITÉ ★ Asgardien, même s'il est un Jotun de la planète Jotunheim. LIEU&DATE DE NAISSANCE ★ En vérité, Loki est né sur la planète Jotunheim et non à Asgard comme Odin et Frigga lui ont fait croire. Quant à la date, c'est le jour même de la bataille entre Odin et les Jotuns. Il neigeait ce jour là... PEURS ★ Être seul, au fond de lui, et il a aussi peur de ce qu'il est réellement : un Jotun. D'ailleurs il refuse en bloc d'en être un. Il a également une légère peur du pouvoir de son grand-frère... Ce n'est pas qu'il le craint, c'est qu'il est dangereux à taper n'importe comment avec son marteau. DE QUEL COTÉ IL EST ★ Des méchants pas beau. En gros, de son propre coté, le mauvais bien entendu. GROUPE SOUHAITÉ ★ Super-Vilains.

★ Tout sur toi baby !
Rancunier ★ Inventif ★ Manipulateur ★ Patient ★ Jaloux ★ Intelligent ★ Possessif ★ Vaniteux ★ Colérique ★ Rusé ★ Égoïste ★ Sarcastique ★ Émotionnel
Loki est quelqu’un de rongé, torturé, et aveuglé par la douleur ainsi que par la jalousie. Il a eu plusieurs périodes, certaines avec un comportement qui leur sont bien propres. Mais je ne vais pas dire qu’il est un petit garçon innocent seulement blessé par la vie ; il a le « mal » dans le sang, et toute son histoire l’a poussé à le manifester. L’attaque de la terre n’était nullement justifiée, un homme peut souffrir sans en faire répercuter ça sur les autres êtres vivants. Loki est aveuglé par ses blessures et sa rage, ne voyant qu’elles. Il est égoïste et pense avant tout à lui. Du moins, ceci à une exception prêt : Frigga, sa mère, qu’il aime sincèrement. D’ailleurs, elle doit être la seule créature que l’Asgardien doit réellement affectionner, et l'une des seules personnes ayant aimé Loki sur Asgard. Certes, son cœur reste aussi attaché à son frère car il a grandit avec lui, mais cette jalousie, profonde et intense le rend totalement de mauvaise-foi, tout comme il eut aimé son père au point de ne vouloir que le rendre fier par ce qu'il avait fait à Asgard, en vain. Il renie tout lien de parenté avec, et clame ne pas être son frère. Ayant toujours vécut à l’ombre de la grandeur de son ainé et aussi de son favoritisme, Loki n’a eu de cesse que d’essayer de trouver tout moyens de prouver sa valeur aux yeux de ses parents, mais quelque soit ce qu’il faisait, rien ne changeait. Et pourtant, il était intelligent, rapide, agile... Et doué. C’est d’ailleurs car Thor était plus dirigé vers le combat au corps à corps que le jeune homme qu’il était à l’époque avait décidé de se diriger vers la magie. Cet esprit de compétition a été un grand défaut, et n’a fait que faire  bouillir toute cette colère en lui durant tout ce temps.

Étant un peu plus jeune qu’actuellement et, surtout, avant les événements de la bataille sur Jotunheim, Loki était bien plus différent de celui qu’il est présentement. C’était quelqu’un de réservé, qui gardait ses opinions pour lui sauf quand il fallait protester contre quelque chose qu’il trouvait aller à l’encontre de ses principes. Beau parleur, on l’appelait langue d’or, et il savait convaincre ou bien régler les soucis et les différents que certaines personnes avaient entre elles. Mais aussi loin que cette période fut en paix, elle ne tarda pas à se faire noircir par la jalousie. Il n’arrivait pas à la contrôler. Il voulait toujours savoir le pouvoir du comment mais n’arrivait pas à l’obtenir. C’est pour cela qu’il décida, pour se libérer de cette frustration intense, de gâcher, bien plus tard, le couronnement de son frère en laissant rentrer à l’aveuglette des Jotun dans la salle des coffres. Ce n’était qu’un tour pour retarder son couronnement qu’il trouvait débile. Il ne pensait, au fond, pas au mal, pas au mal qui eut des proportions immenses par la suite. Mais, cette jalousie, il n’eut jamais la force de la contrecarrer. Elle le met en état de colère monstre. L’horripile, le répugne et le révolte. S’ils étaient vraiment frères, ce qu’il se disait, pourquoi n’avaient-ils pas tout le deux les mêmes avantages ?

De sa jalousie naquit une aspiration à la reconnaissance. Comme pour mettre le doigt sur son existence, sur le pourquoi était-il encore en vie. Après la découverte de ses origines, il se sentit profondément blessé, une blessure à vif qui lui brûlait l’âme, le corps, l’esprit, et l’égaux. On lui avait mentis toute sa vie, et on s’était joué de lui, manipulé comme un vulgaire objet dans l’attente d’une utilisation. De cette colère, se forma un reniement. Il reniait Thor. Il reniait Odin, il reniait Frigga  même si, au fond de lui, elle était pour le Jotun, sa mère, la vraie, la seule, celle qui lui avait tout apporté. Mais ce dédain  et ce reniement était tout aussi présents, voir plus, pour ses origines. C’est d’ailleurs pour cela, avec le mal-être qui le dévorait, qu’il avait décidé de détruire Jotunheim tout entière, et qu’il n’eu même pas une once d’humanité envers son réel père biologique, Laufey, lorsqu’il le tua. Il souhaitait voir disparaître cette race, comme pour se faire disparaître lui, lui et ses origines de monstres. Il se sentait mal, il se sentait comme ces créatures qui terrorisaient les gosses le soir, avec les histoires que leur parents leur racontes, ces mêmes histoires qui l’on bercées lui et son frère. On lui a mit cette épée de Damoclès au dessus de la tête, on lui a fait du bourrage de crane, tout autant que le bourrage de crane qui en fait est la vraie raison de cette rivalité entre Thor et lui car depuis toujours, les paroles de son père était qu’un seul allait être Roi même si tout deux étaient nés pour le devenir : alors qu’au fond il savait très bien que seul Thor le serait. Des rêves, des utopies déchirantes pour un enfant en soif de reconnaissance envers son père, son bien aimé paternel, car il ne souhaitait que de le rendre fier. Aveuglé, Loki s’était laissé emporter par le tourbillon de ses sentiments brusques et violents. D’abord, il souhaita ardemment rendre son « père » fier. C’était son but principal, par les plans qu’il échafauda pour tuer Laufey en sauvant la vie du père de toutes choses. Quand tout retomba, et qu’il était sur le point de pouvoir tomber dans les abysses, il énonça son seul et unique vœux. Mais ce rejet de la part d’Odin ne fit que le briser d’autant plus. Il était incompris, mais en même temps, ne s’y prenait pas comme il le fallait. Il ne savait pas comment faire pour s’exprimer, pour montrer ce qu’il souhaitait faire, ce qu’il voulait réaliser, et de cette grande confusion, naquit ce gouffre de souffrance inépuisable. Blessé, souffrant, et à moitié mort, il s’était donc laissé tomber dans la galaxie. Son caractère changea alors, de nouveau, et du tout au tout. Quitte à être méchant… le mauvais fils, l’adopté, le second, le reclus, il allait leur montrer, c’était ce qu’il c’était surement dit cette fois ci. Si on lui arrachait son droit de naissance, du trône, lui, Prince des Jotuns, Prince d’Asgard : il irait alors chercher lui-même ce dernier.

Depuis sa chute, Loki a changé. Il était le dieu de la malice, et il devint le dieu de la folie. La folie qui fut formée de part tous ces événements. Cruel, il n’hésite pas à retirer la vie de quique ce soit. Vaniteux, il se sent supérieur face à tous ces humains minables et rampants. Il ment, ment et re-ment, sournoisement, vilement, mais de manière rusée, afin d’atteindre ses buts. Il n’a plus aucune pitié pour quique ce soit. Sa jalousie est toujours aussi extrême, et sa possessivité l’est encore plus. Il est du genre à, s’il s’intéresse à quelque chose ou quelqu’un, garder cette chose ou cette personne pour lui, et à lui seul. Il pourrait même développer un réflexe de défense, de protection… Car au fond de lui, même étant mauvais, il avait son coté de bien, sa part qui faisait qu’il n’était pas totalement le monstre dont il imaginait être. Pour Loki, quitte à être une créature sans aucune foi ni loi, quitte à être un Jotun, ces géants de glaces, ces monstres de comtes pour enfants, il allait l’être. Ses parents seraient peut-être fiers de lui ainsi ? Qui sait ? Il en riait. Doucement, nerveusement, de manière tortueuse. Il allait se montrer tel que son père l’avait au final forgé. Une arme, une utilisation unique, mais pour faire le mal. Il avait ça dans le sang. C’est tout. Mais la façade… Loki y tien. Jamais il ne veut montrer à quel point les dégâts sont énormes chez lui, en son cœur, en son esprit. Il ne veut surtout pas se montrer faible, et même si, souvent, une larme ou deux le trahis, il reniera cela. Il se cache. Sauve la face, sauve l’aperçut et ce qu’il montre. Son sarcasme est à toute épreuve, et ses sourires doux et enjôleurs, parfois terrifiants, ne sont que l'image de ce qu'il reflète afin de prouver sa force. Se voiler la face. Pour ne plus être aussi atteignable qu'avant. Mais au fond, il n’est qu’une âme blessée, cherchant en vain à trouver un but à son existence. Pourquoi est-il encore en vie. Pourquoi.

Le dernier texte est toutefois à considérer sous le fait qu'il soit contrôlé en partie par le sceptre qu'il possède. Je m'explique : il avait l'intention d'attaquer la terre, de la dominer, et donc s'est volontairement associé aux Chitauris. Mais les pouvoirs du sceptre ont fait que sa folie prenne le dessus, que ses mauvais traits soient mis en avants ; le rendant ainsi encore plus mauvais qu'il aurait pu l'être. Il ne se rend pas compte de ce qu'il fait, tout en sachant pertinemment ce qu'il cause. Il est aveuglé par son but égoïste, et cela, les Chitauris l'on bien compris et s'en sont servis.



De base, Loki possède une peau plutôt... Colorée. En effet ; Notre Dieu détient un teint naturellement bleu et parcouru de signes plutôt étranges : une peau de Jotun, en somme. Il ne s'en était pas rendu compte au départ car au contact d'un humain, son pouvoir d'illusion s'était adapté naturellement à ce dernier, tout comme d'ailleurs, lorsqu'un Jotun l'eu touché sur Jotunheim, il eu le bras temporairement bleu. Il n'y a d'ailleurs pas que sa peau qui est spéciale, ses yeux le sont aussi : rouges, aussi rouge que le sang. Voilà quant à ses particularités. Il a obtenu un sceptre grâce aux Chitauris. Ce dernier possède quelques pouvoirs plutôt pratiques, comme par exemple, pouvoir contrôler la personne qu'il souhaite en touchant le bout de la lame de l'arme contre le cœur de sa cible. Loki n'était pas connu par le S.H.I.E.L.D malgré les ravages qu'il a causé dans cette petite ville du monde des humains en voulant tuer Thor. Mais tout changea lorsqu'il tenta de conquérir la terre ; désormais, les services secrets du S.H.I.E.L.D l'ont dans leurs documents. Son identité reste révélée dans les neufs royaumes néanmoins. Loki est du genre torrent à sentiments, et très émotif. Il se laisse facilement submerger par ses émotions, et s'emporte, voir même entend de manière erronée. Il prend tout ce qu'on lui balance au visage de manière décuplée. Osez le trahir, ou non, et vous en paierez les conséquences. Il est rancunier, et ne se laisse pas faire. Il n'est pas du genre agneau à pardonner, bien au contraire. Avec Loki, un mensonge peut en cacher un autre... Et il a tendance à ne pas dire ce qu'il pense dès l'instant que cela le fera se sentir faible aux yeux des autres. Il renie les sentiments, et pour autant, en a. Le plus étonnant est qu'il continue encore et toujours de se convaincre que personne ne compte pour lui alors que son comportement prouve tout le contraire. Loki s'y prend très mal dans ses manœuvres, et même lorsqu'il souhaite faire le bien, il cause surtout du mal, ce qui au final se trouve être frustrant pour lui, c'est donc pour cela qu'il a arrêté de faire le "bien". Contrairement à son fère, Loki est le genre calme, réfléchit et délicat, dira t-on, alors que Thor est plutôt le bourrin, tas de muscle qui ne réfléchit pas. Cette différence entre les deux montre à quel point ils sont nuit et jour.

★ Derrière l'écran...

PSEUDO ★ Gin, ou bien Loki, ou fils, ou simplement Caroline.
ÂGE ★ Je pèse dans les... Heu, non quoi attendez ?
PASSIONS ★ J'en ai pas mal. Dessin, écriture, jeux vidéos, séries, films, ect... Le Moyen Âge !
FILMS & SÉRIES ★ Sherlock BBC, House MD, Supernatural, Teen Wolf, les films Marvel, Rain Man, Entretient avec un vampire, ...
PRÉSENCE ★ Souvent là.
TON AVIS SUR LE FORUM ★ C'est pas à moi de le dire !
COMMENT ES-TU ARRIVÉ ICI ★ Fondateur ~
TON AVATAR ★ Tom Hiddleston ♦ Avengers
UN TRUC EN + ★ Love u all ♥


_________________
love you, i can.


Dernière édition par Loki Laufeyson le Mar 22 Avr - 21:00, édité 33 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

WANNA KNOW ALL OF ME ?
★ PSEUDOs : — Mister Burglar • Gin
★ MISSIONS ACCOMPLIES : 273
★ DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
★ AVATAR : Evan Peters.
★ DC&TC : Thomas S. Black, a.k.a Sarcasm-Man. /pan/ & sinon, Aidan Nightingal & Jake Rosenbach.
★ CRÉDITS : tumblr & bazaart & moi.


MessageSujet: Re: I remember you tossing me into an abyss. ♦ L O K I Mer 9 Avr - 23:27




i only ever wanted to be your equal.
No. You took me for a purpose. What was it ? ... TELL ME !


CHAPTER I. A BIRTH IN THE SNOW.
Une voix brisée s’élevait, résonnant dans l’enceinte givrée. Il était seul, apeuré, le monde autour de lui ne lui semblait fait que de formes étranges et inconnues à ses yeux, yeux dotés d’un rouge aussi sanglant que le liquide qui coulait dans ses veines. Le monde s’agitait en dehors, il le sentait. Ses petits bras bougeaient en harmonie avec les coups perçants et grinçants des lames qui brisaient les roques de glace. Ses doigts se crispaient tout autant que ceux des hommes combattants aux cotés des Ases, ne voulant lâcher leur armes de peur de ne jamais plus revoir quelqu’un de proche. La peur rongeait chaque âmes ainsi.

In the aftermath of the battle I went into the temple and I found a baby. Small for a Giant's offspring, abandoned, suffering, left to die.

Une bataille finissant dans le sang de deux peuples, sur les contrées enneigées d’une planète où habitaient des géants de glace. Jotunheim. Une race presque entièrement décimée, pour le bien du reste du monde, car ils avaient voulu la guerre et l'avaient eu. Au milieu de tout cela, posé comme au sein d'un couffin aussi rude que la véracité de ce monde : un enfant. Un bébé, nouveau né. Encore innocent, maculé de pureté, mais bientôt souillé par deux mains venant le saisir lentement de son rocher gelé. Alors que ses pleurs avaient retentis dans les baffons d’un temple typique, ce fut un petit sourire amusé et apaisé de voir quelqu’un d’encore vivant qui égailla son visage aux joues rondes. L’homme en question, qui tenait ce bambin, ne voyait pas là une créature venant d’être mise au monde et attendant patiemment qu’on s’occupe de lui comme il se devait… Non. Il y voyait autre chose. Une utilité, un message à transmettre, afin que cette bataille n’ai pas servit à rien, que le sang de ses hommes n'aient pas été versé en vain. La peau bleue de ce petit être en début de vie s’était alors automatiquement calquée sur celle de son porteur. Il devint aussi normal que l’était un bambin d’un hôpital sur Midgard, ou même à Asgard. Ni vu. Ni connu. Il ne se douterait de rien, de toute façon. Jamais il ne le saurait. Jusqu’à ce que sa mission soit accomplie, il le ramènerait chez lui, et l’élèverait tel un fils, son deuxième fils, car il avait bien-entendu un digne héritier, qui dès sa naissance avait déjà l'avenir prometteur d'être un jour le successeur, le Roi d'Asgard. Ainsi, ce projet si juvénile pourrait enfin prendre forme, dès qu'il en aurait alors nécessité. Une relique volée, une autre de plus, laissée à l’abandon dans un coin, voilà ce qu’allait être ce géant de glace qui semblait pourtant si normal ainsi, fragile et vulnérable, tellement différent de ceux de sa race.
Cette innocence était brisée dès l’instant que l’enfant fut amené jusqu’au royaume des dieux, des Ases comme on les appelait, dès l’instant qu’Odin, père de toute choses, avait posé le pied sur ses propres terres. Un avenir tout tracé, une identité cachée… Il allait vivre dans le mensonge. Il allait vivre dans une douce utopie, dans cette lente et tortueuse folie de croire qu’il était comme les autres, normal alors qu'il était surement bien autre chose que cela selon le regard de cette fameuse normalité. Mais combien de temps cela pourrait-il durer ? Il allait un jour le savoir. Connaitre ses originaires, prendre conscience de ce qu’il était vraiment, de qui il était vraiment… Le fils de Laufey.  Cet enfant soit disant abandonné, après le massacre presque entier d’un peuple, arraché à son père encore vivant. Laufeyson. Loki Laufeyson.
CHAPTER II. I WANT TO BE LIKE MY BROTHER.
Tel un enfant normalement constitué, ce petit garçon des terres gelées grandit. A ses côtés, sa mère, son père, et son frère : un foyer, une famille dont il ignorait au final s’il en était issu ou non bien qu'il en était convaincu car il ne s'était jamais posé la question, vu qu'on lui avait fait croire qu'il était leur enfant biologique. De temps à autres, ce petit bout de chou se posait d’étranges questions. « Pourquoi est-ce qu’ils me regardent comme cela, père ? ». Ces personnes qui, parfois, dévisageaient l’enfant comme s’il n’était pas des leurs, d’un regard soit interrogatif, soit apeuré, soit intrigué. C’était lors de ces moments que Loki avait l’impression… Oui, cette étrange impression… D’être en cage. D’être derrière des barreaux, d’être là, et que pendant ce temps, les autres déambulaient ainsi devant lui, admirant une créature en captivité. Il avait l’impression d’être une bête de foire de temps à autre, mais n’en parla jamais réellement. Mais... Pourquoi ? Rien de tout cela n'avait de sens, ces pressentiments n'étaient qu'eronnés, une mauvaise interprétation. C'est ce qu'il se disait au fond, tout comme il se persuadait que ces personnes étaient soit bêtes, soit mal voyantes, soit trouvaient bizarre le fait qu’il soit brun alors que son père, sa mère et son frère étaient quant à eux blonds. C’est vrai, ça… Pourquoi ces cheveux d’ébène ? Pourquoi ce corps chétif, pourquoi cette force manquante ? Lorsque les livres ne l’occupaient pas totalement, il fixait ses mains et semblait voir quelque chose de particulier. Comme s’il percevait un signe en travers elles. Mais quoi ? Cette impression n’était pas là lorsqu’il comparait ses mains avec celles de Thor, son grand frère, qui se dégageait alors en demandant s’il ne voulait pas plutôt aller jouer à faire la guerre.  

C’était un jeu que ce dernier réclamait souvent. De bon cœur, Loki jouait avec lui. Mais bientôt, les temps du bac-à-sable étaient révolus, et ce fut la pratique et les entraînements réels qui prirent place au sein de leur vies. Maniement des armes, techniques de défense, de combat…  Le petit enfant n’arrivait pas à se débrouiller convenablement et à suivre la cadence avec ce genre d'armes, enfin, pas tout autant que son grand frère à l’épée. Il en préférait des plus petites, dissimulables, car elles étaient bien plus légères et bien plus rapides. Néanmoins, les armes blanches n’étaient pas ce qui l’intéressait le plus. C’était avant tout sa mère qui l’intrigua. Elle était magicienne, illusionniste, est très habille aussi au maniement des dagues. Alors que son père avait un avenir prometteur pour Thor et son maniement impeccable des armes lourdes, le petit Loki se détourna de cette voie et commença un long chemin noir et lugubre, seul, vers sa mère qui au bout, était cette lumière étincelante et si brillante dans ces ténèbres instables. Il souhaitait être comme elle, aussi puissante et mystérieuse, aussi malicieuse et douce. C’est ainsi qu’il se mit à apprendre l’art de l’illusion, de la magie, et de tout ce qui touchait à cette catégorie. Le début de cette complexité, de cette jalousie, de ce sentiment d’infériorité par rapport à Thor.

Et ceci n’était que le début. Car alors âgés de dix années, les deux frères apprirent une histoire, l’histoire de leur père qui s’en était allé livrer bataille à Jotunheim. Les habitants de cette dernière, appelés les Jotun ou aussi bien les Géants de Glace, avaient souhaité la guerre, pour envahir tous les mondes libres de la galaxie afin d'ensuite les assouvir. Néanmoins, Odin et ses armées Asgardiennes ne comptaient pas laisser tout cela arriver et c’est ainsi qu’ils sauvèrent le monde de ces infâmes créatures, les faisant se reclure jusqu’à leur planète natale. Ils les privèrent de leur bien, un coffret gelé aux pouvoirs surpuissants, et ainsi repartis festoyer à Asgard, ayant ainsi signé une trêve, et restauré la paix dans cet univers. Voilà donc la version de cette fameuse histoire raconté par leur paternel, alors que les deux enfants le regardaient avec cet air de fascination et cette lueur intense dans leur prunelles attentives, pleines de bonne volontés. Mais ce conte n’était pas uniquement raconté par Odin, mais aussi par leur mère, Frigga. Ce sont des histoires que l’on contait aux enfants, avant de dormir… Et qui amenaient des phrases comme « Si tu n’es pas sage, le vilain géant de glace viendra t’enlever dans la nuit ! » ou bien encore… « si tu ne manges pas ta soupe, c’est le monstre bleu de Jotunheim qui te mangeras tout cru ! ». Y croire ou non était propre à chacun de ces enfants, mais dans le cerveau de Loki, il s’y imprima quelque chose de très net et très distinct, et ce fut d'ailleurs aussi le cas pour Thor. Les géants de Glaces sont des monstres. Sans cœur, sans sentiments, qui tuent pour le plaisir et désirent tout dominer. C’est ce qu’on lui avait appris, ce que Odin lui-même leur avait enseigné. Après ce petit discours dans la salle des reliques, une première déclaration de la part du père de toute choses sonna alors de manière indélébile aux oreilles et à l’esprit des deux frères.

Only one of you can ascend to the throne. But BOTH of you were born to be kings !
Une phrase qui prendrait bien plus tard un sens infiniment plus dévastateur qu’il n’y paraissait… Tous deux nés pour être rois. Était-ce là une remarque par rapport au fait qu’ils étaient tous deux fils d’Odin, ou alors que tous deux, étaient issus d’un sang royal dans le sens de parenté différente ? Se rendait-il compte de ce qu’il avait dit ? Il ne pensait pas qu’un jour Loki apprenne qui il était vraiment, car il s’assurerait qu’il ne le sache jamais, et donc que  tout cela ne le blesse pas un jour ou l’autre. Il avait fait perdurer le mensonge, cachant cette honteuse vérité dans les abîmes de l’oubli. Mais bientôt, le cœur du dieu de toute choses s’était vu s’enticher à cet être si différent. Il le considérait comme son véritable deuxième enfant à présent… Mais ne semblait pas lui donner plus grande importance que cela. Thor avait automatiquement toute l’attention, ce qui était normal étant donné qu’il était son fils hérité, son aîné, son seul enfant biologique, l’unique qui viendrait un jour sur le trône et aurait le don de Mjölnir, le marteau divin qui bâtissait, l’arme que le dieu de la foudre détenait. C’était encore et toujours Frigga qui semblait être à l’écoute de ce petit enfant aux cheveux ébène. Il passait la plupart de son temps avec elle, non pas pour lui déplaire, au contraire. Ils étaient, tous deux, très fusionnels, comme l'auraient été de vrais êtres parentés. La Reine d'Asgard considérait, quant à elle, Loki comme un enfant biologique. Elle le voyait comme si elle l'avait porté, comme si elle l'avait désiré. Elle l’aimait du plus profond de son cœur, sincèrement, purement. Mais alors, dans ce cas, pourquoi avoir instauré cette relation entre les deux enfants ? Quel intérêt, quel but Odin avait en les mettant dans ce cercle vicieux de relation basé quasiment uniquement sur la rivalité ?

Odin leur avait dit qu’un seul d’entre eux allait être un jour proclamé roi. Cacophonie. Bourrage de crane, des idéaux mis dans l’esprit de deux enfants encore désireux de faire leur preuves auprès de leur père. Pour Loki, c’était la chance ultime. La perche tendue vers sa main fragile et tremblante qui pourrait ainsi lui hisser un chemin vers la fierté de son très cher père. Afin d’avoir son attention, toute son attention, d’être le fils dont il rêvait d’avoir. Le fils parfait. Sans défauts. Car il ne cherchait qu’à faire cela, qu’à être cela. Il ne voulait que briller, briller devant ses parents, autant que la lumière de la lune, haute dans le ciel, autant que ces constellations si lointaines mais si visible de leur éclat pur et naturel… Plutôt que de continuer à grandir dans l’ombre de la grandeur de son frère qui commençait à être aussi haut qu’un gratte-ciel. Si faible, si chétif à coté de cela. Loki s’était juré d’être prêt à faire tout ce que son père lui demanderait. Il comptait bel et bien s’entraîner d’avantage, et ainsi faire ses preuves. Il voulait, il devait être le digne héritier, celui qui monterait sur le trône. Après tout, il avait toutes ses chances, non ? C’est que qu’Odin avait laissé entendre, vous savez, oui, cette fameuse phrase que tout deux étaient nés pour être Roi… De faux espoirs qui remplissaient ce petit cœur battant et si innocent. Mais au fond de lui, il voulait être comme Thor. Combien de fois avait-il souhaité avoir été le premier à naître, dans cette famille ? Être l’aîné, le premier enfant désiré ? Pour avoir cette même chevelure, blonde comme les blés, ces bras déjà bien développés, cette naïveté et cette insouciance qui était tellement plus facile à vivre que cette capacité à réfléchir tout le temps et de manière futée… La vie semblait souvent injuste à cet enfant, mais il prenait sur lui... En silence. C’est le cœur enflammé de conviction et d’espoir que Loki se mit à grandir avec en tête, cette seule même idée.
CHAPTER III. EVEN IF I TRY, YOU'RE STILL THE FAVORITE. WHY... WHY ?
Loki grandit et devint un jeune homme d’apparence mature, mais abordant cet air si espiègle et malicieux. Comme tous les autres dieux, il allait évoluer encore mais ne vieillirait de manière prononcée qu'à ses cinq milles ans au plus tard. Durant toutes ces années, ces cinq cent années, il avait fait beaucoup de choses, et en avait subis beaucoup d’autres. Participants à des tas de batailles, souvent en tête à tête avec son grand frère, parlant d'ailleurs avec lui, jusqu'à très tard le soir lorsqu’il avait des soucis tel un confident le ferait, ou veillant à ce qu’il ne boive pas trop lors des festins de triomphe avant de laisser tomber car ce dernier était bien décidé à rouler une fois de plus sous la table, et j'en passe… Que d’aventures, palpitantes, mais qui au fond, commençait à ne plus faire patienter comme il se le devait Loki. Il se donnait corps et âme dans ce qu’il faisait, s’arrachait les cheveux aux tâches qu’on lui confiait, et pourtant, rien n’y faisait. Ça ne satisfaisait jamais assez, pas autant que Thor y réussissait en tout cas. Cette ombre que formait le Dieu de la foudre n’avait cessé d'accroître durant toute ces années. Le brun, lui, était torturé de toute part, car d’un côté il affectionnait son grand-frère et compagnon d’arme, et d’un autre il ne le supportait plus de le voir ainsi. Il était arrogant, inconscient, impulsif, gamin et irresponsable. Toujours à être sur le piédestal, tout en haut, brillant de milles feu, le fils d’Odin… D’ailleurs, cela n’étonna même pas Loki mais ne fit qu'augmenter sa rage, sa colère et sa jalousie en silence : Thor eu reçu à la suite d’une de ses batailles encore en compagnie de son cadet, Mjölnir : le marteau de toute choses et des foudres, faisant de lui le dieu du tonnerre. Et derrière lui, le plus jeune des deux, qui soulevait sa cape afin qu’elle ne prenne pas la boue, n’ayant presque aucun équivalant des titres donnés à son aîné. Il n’était qu’un outil de coté et même aux yeux de Thor, un peu comme son marteau qui faisait des étincelles, ou tout du moins c’est ce qu’il ressentait au fur et à mesure du temps. L’usure de cette situation, la compression, le fait de devoir tout garder pour soit : ce fut dur. Très dur. Mais la face avant tout, comme toujours. Il souriait, restait malicieux, faisait des farces lorsqu’il en avait envie afin de se distraire durant cette longue vie monotone, à laquelle il goûtait depuis bien trop longtemps à son avis… Ses entraînements continuaient toujours. Même si au fond il n’avait plus le cœur aussi hardi qu’avant à l’idée d’exceller dans l’art du combat et de la magie afin de surprendre tout le monde, il essayait de se perfectionner pour son propre intérêt. Seule sa mère voyait ses efforts, et son pouvoir grandissant, aussi puissant voir plus qu’elle. Elle était fière, elle, et le lui disait, mais cela ne suffisait pas à nourrir le cœur pleurant de son fils cadet. Lui, il souhaitait que ce soit son père qui le lui dise. Mais… Quand ?
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
CHAPTER IV. AM I CURSED ? SO WHAT I AM ?
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
CHAPTER V. TO PROVE TO FATHER THAT I AM A WORTHY SON.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
CHAPTER VI. TOSSING ME INTO AN ABYSS.

Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
CHAPTER VII. I WILL DESTROY THIS WORLD.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.
Ici se trouvera ton histoire. Tu peux la séparer en plusieurs parties si tu le souhaite, ce serait plus facile ainsi de se repérer, et d'aérer le tout. Pour les personnages prédéfinis, il est conseillé de ressasser les grands traits de leur vie et non qu'une seule période. Il faut partir de l'enfance puis remonter lentement jusqu'à l'instant présent. Le nombre de lignes minimum est de quarante pour un personnage inventé, et de cinquante pour un prédéfinis. Je te souhaite du courage pour le reste, en espérant que tu t'en sortes tout aussi bien que la première partie. Si tu as des questions, n'hésite pas à nous MPotter, nous, le staff. Bonne continuation.


At the end,
I never wanted the throne.
I only ever wanted to be your equal.




_________________
love you, i can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I remember you tossing me into an abyss. ♦ L O K I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Abyss et Sting en RI ? (Ruthless Impact!)
» "Abyss"
» Opening/Ending Tales of the Abyss
» La présentation de Abyss (TNA Fan)
» Robert Pattinson et Emilie De Ravin dans "Remember me" (2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Ultimate Assemble :: before to save the world :: Register Book :: Présentations Validées-